Un petit nouveau dans le domaine de la photo numérique

Nous avons découvert le travail de Bob Giorgi en mai dernier lors du Festival Européen de la Photo de Nu organisé à Arles. A l’Hôtel du Musée, il présentait une série de tirages étonnants qui jouaient à la fois sur le graphisme, le contraste, le contre-jour et bien sûr la nudité. La série s’intitulait « Fleur de peau » et affichait une homogénéité remarquable.

cameramanAssis à une table, au milieu de son expo, l’auteur accueillait les visiteurs et racontait avec simplicité et modestie la genèse de son travail: « Dans cette série, tout est construit en éclairage arrière. La lumière révèle la texture de la peau qu’elle effleure à peine. En l’absence de décor, la pose prend toute son importance. L’éclairage doit être très précis, tout comme le cadrage. Mais il est certain que le résultat dépend en grande partie de la beauté des modèles. Chaque mouvement, aussi infime soit-il, redessine le corps. Pour le modèle, ébloui par le contraste du noir et les lumières aveuglantes, tout n’est plus qu’abstraction. Les poses acrobatiques sont difficiles à tenir et comme les séances durent de 2 à 4 h, le lendemain certains modèles se plaignent de courbature » avoue Bob.

Et l’aspect technique? : « Toutes ces photos ont été réalisées avec un ou deux flashes Godard équipés de petites boîtes à lumières. Je recouvre le sol et l’arrière-plan de velours noir. Les prises de vue sont faites en argentique avec un Nikon F90 et un seul objectif, le Macro Nikkor 60 mm f:2,8. Pour le film, je suis fidèle au Kodak TMax 100 et au papier Ilford Multigrade IV Je réalise moi-même tout le travail de labo, développement et tirage. A l’heure du tout numérique, l’originalité n’est-ce pas de perpétuer cette future « méthode ancestrale » qu’est le n & b argentique ? ». Marseillais de naissance et de cœur, Bob Giorgi n’est pas à proprement parlé un photographe pro puisqu’il a gardé une activité professionnelle dans la communication. Mais son parcours comme son site Internet prouvent que notre homme a de l’expérience, de la technique et une grande productivité. D’ailleurs en 1999 et 2000, il a participé aux recrutements du concours Elite Model Look pour le sud de la France. A cette occasion il a réalisé de nombreux books et ses premiers travaux de commande. Au final, tout s’est déroulé assez vite pour Bob puisqu’il n’a eu l’idée de se lancer dans la photo qu’en 1992. A cette époque, il photographiait tout ce qui lui passait devant les yeux. Avec plus ou moins de bonheur, comme il le reconnaît lui-même. De cette période, il en a tiré une maxime : « il ne suffit pas de regarder pour voir, il faut apprendre à voir) ». Aujourd’hui nul doute que cet apprentissage a porté ses fruits. Et bob devrait bientôt réaliser son rêve: publier son premier livre de photos. Il le mérite vraiment. ..

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.