Jean-Philippe Charbonnier et Henry Ray

Le 28 mai dernier, un des derniers grands représentants du reportage français des années 50 est décédé. Son nom ne dira peut-être pas grand-chose à un public jeune, mais Jean-Philippe Charbonnier était bien l’égal des Boubat, RoDis, Izis ou Doisneau. Il a fait partie de la fameuse équipe des reporters qui travaillait pour le magazine Réalités et fut aussi le mari d’Agathe Gaillard, la « pionnière » des galeristes photo françaises. Dans les années 70, il fut même bien plus célébré que certains grands noms d’aujourd’hui … avant de connaître une éclipse « médiatique », sans doute due, en partie, à son caractère tempétueux ! Il avait 82 ans et nul doute qu’un jour son œuvre sera réévaluée et « redécouverte » !

Autre disparition d’un auteur discret mais important de la photo n & b : Henry Ray. A 48 ans de vie à peine, dont vingt-cinq ans d’images, Thierry Ray, qui préférait le prénom d’Henry, a arrêté son errance sud-américaine. Né en 1956, cet autodidacte a commencé à photographier au Brésil à la fin des années 1970, dans un esprit que n’aurait pas renié Jorge Amado, dont il a illustré le roman « Capitaine des sables ». Habité par l’océan, hanté presque par les gens de peu dont il a croisé le destin, il nous laisse sur l’Amazonie, où il aurait tant voulu retourner, seul et à la voile sur un bateau restauré de ses mains, une œuvre poignante, couronnée en 1996 par la Fondation CCF pour la Photographie.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.