«

»

août 24

Golden Child, l’enfant sacre du Tibet

Golden Child, l'enfant sacre du TibetChandler Jarrell, dont la vocation est de retrouver des adolescents portés disparus, se trouve confronté à la curieuse demande d’une jeune femme : libérer un enfant tibétain doté de pouvoirs divins, séquestré par un «suppôt de Satan». Mixture concoctée avec un zeste de Superman-Kung-fu, un doigt de Mad Max et des restes de Conan et autre aventurier de l’arche perdue, ce film enchantera certainement les moins de dix ans. Malgré les inévitables effets spéciaux (disparitions, explosions et monstres) et une histoire où même Sinbad le marin demanderait grâce, le résultat est médiocre. Eddie Murphy nous fait rire deux fois, peut-être trois et se demande ce qu’il vient faire dans cette galère. Nous aussi…

Les ripoux

Les ripouxRipoux… pourris. Verlent… l’envers ! Deux flics, de générations et de mentalités complètement différentes, font équipe. Noiret est un vieux renard confortablement installé dans son district, rançonnant gentiment tout le monde, fermant les yeux sur les petits trafics clandestins et tentant d’arranger les problèmes à l’amiable, sans éclaboussures ni violences. Mais, soudain, surgit dans sa vie un «bleu»… un jeune mec costume-trois-pièces venu de sa province et tout frais émoulu de son école de police. Lhermitte, le jeune flic, est d’abord du genre à ne pas jouer avec le !règlement. Chien fou, il s’imagine que la police est le dernier bastion des preux chevaliers défendant la justice et l’honneur. Sur les traces d’un Noiret qui n’interrompt en rien ses coupables activités, Lhermitte a du mal à comprendre ce qui se passe. Il n’ose le croire… Mais, sans fausse pudeur, Noirret va vite l’affranchir, lui montrer la réalité des choses. Et Lhermitte très vite abandonne son costume-cravate pour les jeans, le blouson et les santiags… Le polar-comédie de Claude Zidi est un délice de roublardise. Rarement on avait vu couple de cinéma aussi plein de peps ! Noiret fond de tendresse et Lhermitte lui donne bien la réplique. A (re)voir absolument alors que la suite triomphe actuellement suries écrans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>